Abidjan aux normes internationales

Article : Abidjan aux normes internationales
22 octobre 2013

Abidjan aux normes internationales

Abidjan a décidé de s’internationaliser.

Pour cela il nous faut nettoyer ces bordures de route, supprimer ces panneaux publicitaire anarchiques, assainir la lagune, interdire le téléphone au volant, interdire l’utilisation des sacs plastiques, créer un troisième pont, créer un échangeur à plusieurs voies.

Vous avez dit échangeur et troisième pont?
Oui ces travaux qui nous donnent des cauchemars?
Chaque matin le même casse tête comment relier Abidjan nord à Abidjan sud ou même juste le centre, quartier des affaires.

On fini tous par avoir la carte d’Abidjan en mémoire comme les chauffeurs de taxi londoniens.
Ne leur demandez pas de mettre le GPS, please!

Il nous faut connaitre toutes ces déviations sinon comment passer d’un point à un autre sans tomber sur un sens inverse ou une voie barrée.
Pour bien négocier un taxi il le faut aussi, au risque de se voir descendre en chemin comme si vous étiez responsable de ses voitures entassées.
-Madame ya pas la route, je peux pas continuer. Mon taxi la c’est pas l’eau je mets dedans pour rouler hein!

Il ne vous reste plus que le train 11 pour rallier votre destination. Merci seigneur de m’avoir donner des pieds.
Vous pouvez toujours prendre le gbaka¹ ou le warren² les tarifs n’ont pas changé.

Il faut juste s’habituer à passer de longues heures dans l’embouteillage et avoir la monnaie exacte.
Vous avez dit la monnaie exacte?
Oui, sinon vous passez une heure dans la file d’attente à regarder défiler ceux qui ont la monnaie .

Vous n’imaginez pas mon sentiment de fierté quand j’ai la monnaie.
J’ai du acheter un biscuit ou un bonbon inutile mais ce n’est pas grave.

-Madame vous avez la monnaie?
-oui.
Je tourne les pièces dans ma main. J’affiche mon butin.
-Je monte où?
-Ici, première voiture.
-Excusez moi.
Chauffeur donc nous on ne monte pas?
-non j’ai problème de monnaie, faites transfert³ vous allez avoir la monnaie on va partir.

Le client à l’arrière a décidé de nous faire partager les belles mélodies de son téléphone 4 puces avec des amplis d’ordinateur portable.

Pourquoi pas? On est en plein embouteillage, il fait chaud, les vendeurs de deelo crient, font leur commerce, ça sent l’essence et les galettes que le voisin a acheté pour avoir la monnaie… Mais pourquoi pas un peu de musique folklorique pour accompagner le tout?
C’est encore mieux quand il décide d’accompagner la musique de sa jolie voix.
Abidjan a décidé de devenir joli vivement la fin de ce calvaire. Enfin vivement quelques 730 jours.

 

1- gbaka : mini car de transport urbain

2- warren: taxi intercommunal 

3- transfert: ici indique l’achat de crédit téléphonique 

 

Partagez

Commentaires

Roméo Taka
Répondre

A la fois intéressant et drôle, ton article... merci! Au fait, c'est quoi du "deelo"..? C'est le seul terme "ivoirien" qui n'est pas expliqué.. ;)

yaomariette
Répondre

:) deelo c'est "de l'eau" en fait je joue sur la prononciation.