Skip to main content

Ma lettre au président indien en visite en Côte d’Ivoire

Bonjour monsieur le Président ou Namaskara uncle comme on dit chez nous.
Entre nous il n’y a plus de protocole, c’est la famille.Orange, Blanc, Vert, entre nos drapeaux il n’y a que 90 degrés d’inclinaison. Nous partons dans des directions différentes mais certainement sur les mêmes valeurs. »La paix n’est pas un vain mot mais un comportement », ces mots d’Houphouet Boigny résonnent encore dans nos esprits autant que le combat de Gandhi pour la dignité humaine et la justice sociale.

Uncle, quand j’ai appris ta visite chez moi j’ai été surprise et heureuse. C’est la première fois que la plus haute autorité indienne met les pieds sur notre sol en visite officielle. Mais il est vrai qu’il y a longtemps que nous partageons des valeurs économiques et peut être même idéologiques.Depuis quelques années j’entends de plus en plus parler de ces partenariats, de ces accords et même de ces bourses que tu offres à la communauté africaine.

Le commerce bilatéral entre l’Inde et la Côte d’Ivoire est passé de 345 millions en 2010-2011 à 842 millions USD en 2014-2015. Dans le cadre de la coopération Sud-Sud, l’Inde a accordé une ligne de crédit d’un montant de 156 millions USD au gouvernement de Côte d’Ivoire pour financer des projets de développement. J’ai appris que ces projets touchaient à des secteurs très divers, tels que le transport public, l’électrification rurale, l’autosuffisance en riz, la transformation des noix de cajou, l’extraction d’huile végétale, le traitement des fibres de noix de coco ou encore le traitement des produits de la mer et le pôle de biotechnologies.(Source: MEA)

Incredible India

La paix, l’amour, les couleurs mais aussi la douleur.
Uncle, tu ne le sais peut être pas, tu n’es président que depuis 2012, mais tes compatriotes ont beaucoup de mal avec nous.
Nous (africains) avons une grande part de responsabilité dans ses heurts que nous vivons. On a tellement idéalisé ton pays, on s’est trop vite senti chez nous chez vous. A nos aises on a investit votre territoire sans penser qu’on pouvait vous blesser par nos attitudes. Ce n’était pas intentionnel.
Ton pays m’a accueilli, m’a donné le savoir que je mets aujourd’hui au service du mien. Ton pays m’a fait rêvé, m’a fait grandir. Je savais que j’étais noire mais je ne m’étais jamais sentie noire.

C’est quoi « être noir » ?

Etre noir chez toi c’est être au bat de l’échelle, c’est être dévisagé, c’est être insulté, c’est être stigmatisé.
C’est être agressé parce qu’on ne veut pas de toi là.
C’est être racketté parce que tu n’es pas d’ici.
C’est te faire refuser un appartement parce que les noirs ne sont pas propres, sont bruyants et vendent de la drogue.
Ce n’est pas avoir le secours de la police quand tu te retrouves dans une violente embuscade.
C’est ne pas avoir les premiers soins à l’hôpital sans vérification de ta carte de séjour.
Tant de clichés qui sont une réalité que j’ai vécue, que nous avons vécue mes frères noirs et moi.
Je me suis rarement sentie en sécurité chez toi. Trop souvent je me faisais interpeller dans la rue ; trop souvent je voyais des visages me regarder avec insistance, des chauffeurs de rickshaw nous insulter et cracher par terre quand on était pas d’accord avec le tarif qu’ils voulaient nous imposer.
J’avais pourtant mis une kurta sur un pantalon ample. Je n’étais pas mal vêtue, je vous respectais.
Trop souvent j’ai eu peur le soir ou quand je voyais des attroupements.

Quand j’appris ta visite ce 14 juin 2016, tous les souvenirs sont remontés à la surface. Ton pays m’a fait grandir, m’a appris à être tolérante. Je devais expliquer régulièrement que l’Afrique n’était pas un pays, que chez moi il y a des immeubles et des centres commerciaux, mais ça ne me peinait plus.
J’ai appris à être l’ambassadrice de mon pays. J’ai appris à aimer mon pays. Ton pays m’a apporté des expériences incroyables, des souvenirs exaltants et des amis que je garderais pour la vie.
Mais uncle maintenant que tu es venu nous rendre visite, que tu nous connais mieux, prends soin de mes frères qui sont encore chez toi. Demande à tes policiers de nous protéger, a tes compatriotes d’être patients et conciliants.
Nous voulons rester chez toi parce qu’on s’y sent malgré tout chez nous.
Nous ne sommes pas si différents.

Bon retour chez toi.
Merci pour tout.

The following two tabs change content below.
yaomariette
Programmeuse de formation, blogueuse par passion, je pose mon regard extérieur sur les événements qui touchent de près ou de loin mon environnement.
yaomariette

yaomariette

Programmeuse de formation, blogueuse par passion, je pose mon regard extérieur sur les événements qui touchent de près ou de loin mon environnement.

30 thoughts to “Ma lettre au président indien en visite en Côte d’Ivoire”

  1. Belle lettre en espérant qu’elle lui parviendra.
    Je te trouve assez tendre avec eux , mais je salut l’audace que tu as en écrivant cette lettre

  2. Très beau. J’ai encore ce sentiment mitigué en repensant à mes années là bas…India,takes it or leaves it…j’ai peu d’espoir que ce message lui parvienne mais un vrai cri du coeur!

  3. Si tu as un frère qui fait ses études en Inde, tu pries chaque jour pour qu’il termine vite et rentre en bonne santé au pays. Chaque jour passé là-bas est une torture pour ceux qui attendent ici…

  4. Bon boulot Mariette Yao. J’espere que cette lettre sera prise en consideration par l’autorite la plus efficace. Que Dieu t’accompagne dans ta progression.

  5. C’est vrai que les pays qui ne font pas trop de bruits sont aussi plus dangereux que ceux le font hein? Les scènes de racisme sont souvent mises en exergue dans les pays comme les USA et certains pays européens, et on oublie que ce genre de scènes sont aussi légion dans les pays où on pensait avant qu’ils sont solidaires de la cause des Noirs, je veux dire des Africains. Cet aspect, tu l’as très bien démontré à ta manière, Mariette. Je crois que c’était même ça l’objet principale de ta lettre. Merci pour cette excellente lettre qui fera l’effet qu’elle fera sans coup férir. J’ai vraiment aimé. Belle lettre.

    1. Merci beaucoup Yves. C’est exactement ça. Et sous le silence le mal continue de grandir. J’espère que cette lettre fera son chemin, que les victimes également ne se taisent pas, que nos ambassades sur place réagissent un peu plus.
      On garde espoir.

  6. Bravo Mariette Yao. Ta lettre est tres emouvante. Je loue ton courage et j’espere vraiment que le President aura la chance de la lire.

  7. Les cultures sont mystère d’une frontière mais la tolérance est une valeur universelle. Bel article, le président devra te répondre pour sauver l’image du pays d’une icône nationale Gandhi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.